14/1/2009
À Paul,
Parmi ceux qui les ont connus, ceux qui les ont approchés, rares sont ceux qui, comme toi, auront été de véritables amis aussi proches des Freinet
Je viens ici, Paul, au nom de l'association des « Amis de Freinet » dont tu étais depuis tant d'années, le Vice-Président, non pas te dire adieu, car nous espérons bien encore longtemps te faire vivre par tes ¤uvres, mais simplement te renouveler notre affection. Au-delà de cette séparation inéluctable, nous allons continuer à cheminer avec toi sur les voies d'avenir que tu nous as si bien ouvertes. Nous t'aurons à nos côtés pour nous soutenir à poursuivre tes efforts passés, nous t'aurons non seulement par tes écrits, mais encore par ta voix qui est encore dans nos oreilles et ton visage dans nos yeux, aussi par ton humour qui ne t'a jamais quitté.
Ce n'est pas seulement le responsable d'une association qui est ici aujourd'hui, c'est avant tout l'ami. Je ne peux pas oublier non plus le souvenir de Jeannette. Nous avons Jeannette et toi, Renée et moi, souvent partagé aussi nos sentiments et nos problèmes les plus intimes, ce qui concernait nos vies et celles de nos proches. Entre nous, intimité et travail allaient de pair.
Nous n'aurons plus ces conversations familières et personnelles qui nous réunissaient, il y a encore peu de temps, le plus souvent deux fois par semaine, ces conversations où nous avions toujours quelques points de vue à discuter, quelques projets de recherches à mettre en chantier. Tout cela était à tes yeux indispensable pour faire avancer la pédagogie Freinet. L'enthousiasme ne t'a jamais fait défaut, à chacune de nos conversations il n'était question que de mettre en place quelque chose de nouveau dont nous ne manquions pas de discuter.
Tu ne savais regarder le passé que pour faire des projets d'avenir.
Je transmets ici à tes enfants et petits-enfants, à toute ta famille et à tous ceux qui sont aujourd'hui dans la peine l'expression des messages de sympathie et de soutien que nous avons reçus par téléphone de tes nombreux amis.
À bientôt Paul, car c'est avec toi, par ce que nous as laissé, que nous allons nous mettre au travail pour continuer ton ¤uvre.
Guy Goupil, président des Amis de Freinet