Cette page est en cours de fabrication. Son aspect et son contenu ne sont pas définitifs.
Les messages sont dans l'ordre chronologique inverse.

28 janvier 2009
la perte d'une lumière
Nous aurons vécu trop proches, et si souvent, avec Le Bohec pour que je n'éprouve pas cette douleur. Il est de cet esprit qu'il a recherché, illustré, défendu, offert et son départ prend une dimension particulière, la perte d'une lumière. Je souhaite que des jeunes aussi relèvent la tête en dépit de tout ce que le siècle paraît interdire. Il n'a jamais fait paradis sur Terre, ni maintenant ni autrefois, chaque heure, chaque stupidité violente, chaque haine imbécile, chaque préjugé facile et restrictif, chaque routine qui confond sa généralité avec la vérité, chaque désespéraeunce s'est heurtée à la solidité de notre expérience positive, ni plus ni moins fragile que la vie, aussi engagée, aussi belle, et maintenant peut-être jamais autant en danger.
Paul Delbasty

28 janvier 2009
C'est super maintenant !
Et encore merci pour ce site, il est fréquenté par nos jeunes du groupe qui trouvent que c'est une mine╔
Et pendant que je suis dans les observations, il y a encore un petit guillemet qui traîne : Naturellement math » n°8 mai 1992
Amicalement
Monique Quertier

27 janvier 2009
Il s'agit d'un échange de lettres entre Paul et Roger U. du 26/10/1992 et la réponse de Paul du 11/12/1992.
Josette Ueberschlag
Courrier de Roger le 26/10/1992:
"Mon cher Paul,
Tu es le gardien du FEU! C'est ainsi que je te symboliserais si j'étais invité à faire ta biographie. 
Freinet ne s'était pas désigné d'héritier spirituel par scrupule ou entêtement à se croire éternel. Ceci nous a valu des querelles de famille et des découragements qui sont loin de prendre fin. Mais, tu n'y a pas pris part, tu es resté au contact de cette flamme qui signale beaucoup plus qu'un réservoir inépuisable de techniques: Une certaine manière d'observer avec empathie les humains, adultes et enfants qui nous entourent, avec un art de réagir positivement à leurs inquiétudes et à leurs maladresses. Tu as réussi à incruster dans ton coeur la générosité ensoleillée des Italiens, l'amour-propre des Espagnols (avides d'amour tout court), le bon-sens modeste des Belges, en attendant de te laisser envahir par la chaude et lyrique sensibilité slave, la naïveté simplificatrice mais touchante des Anglosaxons. Tu as raison de voyager beaucoup. C'est la vraie école d'humanité. C'est ça TA méthode naturelle, mon vieux, sur laquelle il est possible de greffer toutes les techniques de la conquête du monde.
Tu vois, chez moi aussi, le "naturel" revient. Sans m'en apercevoir, j'ai rédigé pour toi mon ultime rapport d'IN(tro)SPECTION. Comme si je ne voulais pas mourir sans te dire: "Tiens bon! Tu as vingt ans d'avance sur la lecture roborative de tes écrits, on parlera de toi autant que de Freinet et on associera vos deux noms dans les manuels de pédagogie.
Je t'embrasse.
Roger
-
Réponse de Paul du 11/12/1992:
Cher Roger,
Gardien du feu, enfin oui peut-être, mais pas vestale, ou mieux "vesteau". Je serais plutôt "boute-feu" pour allumer des désirs d'actions et de réalisations et, aussi, pour réduire en cendres toutes les imbécillités qui peuvent être écrites du Haut, je ne sais plus d'ailleurs de quelle grandeur.
Je préfère aller mon petit bonhomme de chemin saisissant toutes les occasions de semer une graine, d'allumer une étincelle... C'est pour cela que je suis allé faire de l'écriture dans une prison, un hôpital, avec des enfants handicapés etc. Sans négliger évidemment les groupes d'écriture collective avec des adultes qui me sollicitent assez régulièrement.
Mais la grande affaire en ce moment, ce sont les voyages. 
Puis, sur deux pages, Paul raconte alors ses interventions à Moscou, à Madrid et en Toscane.
Je me dépêche aussi d'écrire tout ce que notre expérience (celle de Jeannette et la mienne) nous ont permis de découvrir dans nos classes. Je pense que notre message n'a aucunement perdu son utilité. Bien au contraire même.
Voilà, chacun aura ainsi fait ce qu'il avait à faire suivant ses capacités. Il est clair en ce qui te concerne que rien de ce qui se réalise sur le plan international n'aurait pu exister sans ta vision et tes prévisions larges, sans tes capacités organisationnelles, sans ton intelligence et tes convictions. Nous suivons la même route. Et nous avons encore bien du travail à réaliser.
Je t'embrasse.
Paul

25 janvier 2009
Paul Le Bohec, ancien compagnon de Freinet vient de mourir. A 88 ans il n'avait rien perdu de son enthousiasme ni de ses visions d'avenir. Voilà un homme âgé dans son corps qui est mort jeune dans sa tête. Il avait conservé toute sa bonne humeur et tout l'humour qu'il distillait malicieusement, toujours en riant de la bouche et des yeux. Il avait su s'affranchir des techniques stéréotypées pour aller chercher ce qu'il y avait de plus profond chez les enfants d'abord, puis chez les adultes ensuite, pour leur permettre de « réparer leur destin ». On pourrait dire, avec Boris Cyrulnik, qu'il leur donnait les moyens de leur résilience. Il aura donné l'exemple de la réflexion pédagogique nourrie d'une observation et d'une écoute exceptionnelle. Il aura montré qu'avec une patience infinie on obtient souvent des miracles. En témoigne ce dernier ouvrage qu'il a mis au point sur le gaucher. Car c'est la complexité qu'il faut prendre en compte et contrairement à ce que l'on croit fréquemment aujourd'hui, les raisonnements simplistes ne mènent à rien de solide. C'est par l'attention qu'on porte à la personne qu'on lui permet de progresser.
L'expression et la création sont les sources de la construction (ou de la reconstruction) de la personne. Voilà quelques uns des enseignements majeurs que Paul Le Bohec nous aura laissés. Toute sa vie d'enseignant il aura lutté contre le B-A = BA abêtissant. Avec Freinet et quelques autres, il aura montré que c'est la prise en compte de l'individu en tant que personne dans son intégralité qui est la base de toute éducation.
Paul était en perpétuel réflexion et l'effervescence de ses idées se traduisait par une imagination créatrice sans limite. Les relations entre ses observations des enfants et des faits l'amenaient à de perpétuelles inventions et innovations pédagogiques. Nul n'a su mieux que lui s'adapter aux situations nouvelles qui se présentaient à lui. Il voyait d'instinct le rapport nouveau dont il allait tirer parti pour une nouvelle pratique pédagogique adaptée au cas nouveau qui posait problème
J'ai quelques souvenirs de ces présentations en congrès ou en stages, toujours surprenantes d'intelligence provocatrice car pour lui la simplicité c'est la complexité. Et voici qu'il décrit les enfants de sa classe à la recherche de la mise en  équilibre des objets. Ainsi, quoi de plus simple qu'un boîte de pastilles Valda dont la brillance intérieure a toujours fasciné les jeunes enfants, quoi de plus simple de la poser ouverte pour qu'elle tienne debout. C'est ce que font les enfants après une série d'essais, d'expériences, de tâtonnements. J'entends encore ton enthousiasme : « Vous ne voyez pas ? vous vous rendez compte ! Il a découvert ce que c'est que le polygone de sustentation ! Et maintenant il l'applique pour construire des objets qui tiennent debout ! et vous voyez tout ce qu'il va découvrir dans son environnement ! ».
C'est ainsi qu'il nous invite à porter attention à de toutes petites choses, à ce qui nous paraît, à nous, de toutes petites choses simples pour en voir, au-delà des apparences, tout l'intérêt, toute l'ouverture à la complexité.
Sans cesse il se remettait en cause par de nouvelles recherches. A un stage il nous présente avec sa verve habituelle, son enthousiasme permanent, un plan de travail dont il nous dit toutes les merveilles qu'il en tire. Je lui dis mon scepticisme sur certains points et il me démontre que j'ai tort, que c'est un progrès extraordinaire. Il me convainc et je travaille d'arrache-pied  à mettre cela au point dans ma classe au cours de l'année suivante. Et ça marche.
Je le lui dis au stage d'après. Il part d'un grand éclat de rire. « Mais non ça ne colle pas bien. J'ai refait un nouveau « truc » et alors, là c'est autre chose ! » Pou lui, c'était bien jusqu'à ce qu'une autre découverte rende caduque celle d'avant. Le voilà, Paul, toujours en recherche. Une invitation pour nous aussi à nous remettre sans cesse en question.
 La démonstration que la pédagogie Freinet est une pédagogie évolutive !    
Pour que nous puissions profiter de son expérience, c'est cela que dans  ses ouvrages il a cherché à nous faire comprendre au travers des récits des cas concrets qu'il y a décrits. C'est aussi cela qu'il mettait en ¤uvre dans ses conférences ou au cours des stages et rencontres qu'il animait avec son humour permanent. Et ses jeux de mots  continuels créaient la détente dans ses relations aux autres qu'il pouvaient craindre ou difficiles ou bien entre deux discours arides.
Au moment où l'on est en train de vouloir bureaucratiser l'enseignement par les EPEP il est la démonstration même qu'il faut laisser aux enseignant la maîtrise de l'organisation de leurs projets et une liberté d'ation absolument nécessaire pour qu'une véritable avancée pédagogique demeure possible.
Guy Goupil

22 janvier 2009
Bonsoir,
Comme convenu, quelques écritures pour le site de Paul.
Un petit texte écrit par une étudiante en licence des sciences de l'éducation après la conférence que Paul a faite le 25 novembre à Rennes 2, sa dernière conférence publique:
-
Car on doit aborder la vie avec passion et liberté.
Car selon moi, l'ouverture à autrui nous permet d'évoluer.
C'est avec respect et plaisir que j'ai écouté un philosophe, en quelque sorte, qui a fait surgir en moi un déclic.
C'était comme une sorte de libération.
Cette rencontre émouvante et enrichissante m'a fait rappeler que l'on pouvait choisir.
Je pense que pour la plupart des gens présents, les mathématiques joyeuses sont une découverte.
Depuis les questionnements sont multiples mais l'envie d'apprendre aux autres est grandissante.
 -
J'ajoute cette petite phrase que Paul m'a dite lors de notre dernière rencontre :
"Si je n'avais vécu que jusqu'à 86 ans, je n'aurais pas trouvé ma cohérence interne"  
-
Et ce que j'ai écrit lors de l'hommage de mercredi, où j'ai eu le plaisir de rencontrer des copains que je ne connaissais pas encore :
-
Bigre !
C'est toi Paul qui m'a fait découvrir les ateliers d'écriture qui sont venus occuper le centre de ma vie.
D'abord le rire!
Et Les gros mots...
S'autoriser
Absolument
Inconditionnellement
Lorsque je t'ai raconté - lors de nos retrouvailles, en mars - ce que je fais dans mes ateliers, avec ton sourire espiègle, tu m'as dit :
"Qu'est-ce qu'on doit s'emmerder dans tes ateliers d'écriture!"
Alors là, t'exagères!
Je sais que Paul me considérait comme une intello ! Mais en même temps, au cours de  ces deux conférences (en septembre et en novembre) auprès de mes étudiants, la complicité joyeuse que nous avons pu vivre nous a rendu très heureux, tous les deux. Ces instants-là sont inscrits dans le corps, l'esprit et le coeur!
Inoubliables.
Françoise Bréant

21 janvier 2009
Pour l'instant, je ne trouve pas les mots alors je préfère bâtir.
Hervé Moullé

21 janvier 2009
Hommage, ramage, plumage...
... Message:
(groupe d'écriture collective - stage Belley août 2006)
-Mais Paul, est-ce qu'on doit continuer la phrase du voisin?
-ON EST LIBRE.
-Est-ce qu'on doit inventer une autre histoire?
-ON EST LIBRE.
-Est-ce qu'on doit...?
-ON EST LIBRE NOM DE DIEU!!!
Francine Tétu

21 janvier 2009
Cette lettre de Paul est datée de février 90 : elle est donc de 10 ans antérieure à la publication de son livre "Sud gare" qui était cependant peut-être déjà en germe...
Avec une classe de CE1 j'avais fait toute une série de sorties dans différents lieux aux alentour de l'école Léon Grimault et je leur avait proposé d'écrire à Paul qui avait vécu sa jeunesse dans ce quartier.
Au moment de la sortie de son livre il y avait eu une rencontre des anciens élèves de l'école de Quineleu à laquelle je m'étais rendue. Il prenait grand plaisir à évoquer ces souvenirs avec l'oeil allumé d'un petit air gamin. Cette école reste très marquée par la proximité de la gare et le grand nombre de cheminots qui  habitaient ce quartier. J'avais été très intéressée par ce livre de Paul car j'habitais aussi ce quartier et que par ailleurs je suis petite fille de deux grands-pères cheminots! 
Pascale Bourgeois

21 janvier 2009
Paul, l'ami, le compagnon, l'éclaireur
La pédagogie Freinet ne peut se comprendre sans tenir compte de tous les camarades qui autour de Freinet ont permis que se développe l'oeuvre collective qui nous a tous transformés au plus profond de nous-mêmes.
Oui, la pédagogie Freinet n'est pas la pédagogie de Célestin tout seul, ni de Célestin et Elise, même si nous savons tous combien nous leur devons.
C'est la pédagogie construite par des camarades en lien direct avec les enfants, dans les classes, les pionniers des premières heures d'abord, qui comprirent qu'en travaillant avec Freinet, ils n'entraient pas dans une secte, ne devaient pas être adorateurs d'un gourou prêchant la bonne parole, suiveurs dociles d'un maître, mais qu'ils devaient eux-mêmes apporter leur regard, leurs recherches, leurs découvertes, leurs questions afin que puisse se construire une véritable éducation, prenant en compte non seulement les apprentissages mais le développement personnel de chaque enfant.
Paul fut l'un de ces pionniers et nous avons tous conscience de ce qu'il nous a apporté.
-
Avant le congrès de Niort, au printemps 63, je ne connaissais Paul Le Bohec que par ses écrits dans l'Educateur.
C'était l'année où Freinet présentait sa dernière création « les Boîtes Enseignantes », l'année où l'on commençait à parler de « programmation »
Le mouvement Freinet, à cette époque, s'interrogeait aussi sur les plans de travail, l'organisation de la classe.
Lors de la réunion du groupe Val de Loire, deux « personnalités » du mouvement, les deux Paul, Delbasty et Le Bohec s'affrontaient à propos des « plannings ».
Paul Delbasty mettant en relief les dangers des plannings, Paul Le Bohec montrant l'intérêt de "plannings de lancement" outils de déblocage et de rupture.
Ces deux camarades étant l'un et l'autre de grandes figures du mouvement Freinet, ce débat fut très important pour moi car il m'a conforté dans l'idée que la Pédagogie Freinet n'est pas une science exacte mais qu'elle permet la recherche, le tâtonnement, le débat, l'évolution.
Seuls les principes fondateurs restent constants, les « invariants », la place de l'enfant dans sa construction personnelle, dans le groupe, l'importance de la création, du « tâtonnement expérimental », le rôle du maître qui ne s'efface pas mais accompagne, impulse.
Paul présenta ses positions sur ces sujets avec des slogans tels que « tous les départs avant 7 ans », « le texte libre libre », « la non non directivité », « pour enseigner l'anglais à Pierre il est plus important de connaître Pierre que de connaître l'anglais » (formule provocatrice bien sûr) ...
Mes premiers souvenirs des échanges avec Paul vont vers les techniques parlées, l'expression corporelle (avec des ateliers dans les congrès). Mélanges d'expression libre et de techniques de déblocage.
Je me souviens d'une rencontre chez lui, à Trégastel, à l'occasion de vacances en Bretagne. Il était enfermé dans sa caravane occupé à faire des montages à partir des enregistrements de chants libres des enfants de sa classe.
Dans la place que j'ai moi-même accordée à la création libre dans toutes les activités, pas seulement le dessin et la peinture ou l'expression écrite mais dans des domaines moins explorés comme le chant, le théâtre, la gymnastique et bien sûr les sciences, les mathématiques, je sais que Paul a joué son rôle d'éclaireur ou de compagnon. Pas seul bien sûr mais toujours dans le peloton de tête, celui des échappés.
-
J'ai eu la chance pendant plus de quarante ans de partager avec Paul de nombreuses expériences, en France dans les congrès, les journées d'études à Vence, des stages régionaux mais aussi à l'étranger dans les Ridefs, les rencontres ou stages comme au Québec, à Berlin-Est, en Russie.
Dans les stages à l'étranger le lien était encore plus serré car nous avions en commun le désir de transmettre des concepts éducatifs forts parfois bien loin des modes de fonctionnement habituels des stagiaires et lorsque la charge repose sur un tout petit groupe de 3 ou 4 copains, chacun cherche à mettre en avant la compétence de l'autre.
C'est certainement dans ces rencontres que l'amitié et la reconnaissance se renforcent.
C'est à travers tous ces échanges vrais de courriers, de débats, de pratiques, d'outils, d'expériences que se construisent les liens les plus forts qui font parfois ressentir le mouvement Freinet comme une « famille ». Pas comme une chapelle ou une secte !
-
Paul m'écrivait, à l'époque d'avant l'informatique où mon courrier était manuscrit, de mon écriture très personnelle que quelques uns connaissent, « ce qui est bien avec tes lettres c'est qu'on ne peut pas te lire en pensant à autre chose, continue ! »
J'en connais qui auraient simplement mis la lettre au panier ou demandé de faire des efforts.
Pour Paul, ce qui se cache sous les apparences premières est toujours le plus important.
-
Je pense que ce désir de découvrir l'enfant, la personne, sous la partie visible de l'expression a été toujours le moteur de son action pédagogique.
Toutes les créations n'ayant de valeur que par ce qu'elles témoignent, permettent de soulager, ou construisent.
Le résultat final, visible, lisible, audible, a moins d'importance que les processus qui l'ont fait naître, que les réactions-constructions engendrées dans la phase de réalisation.
-
Pour moi c'est ce regard très personnel de Paul dans l'expression libre et les démarches naturelles qui est le plus marquant de son influence dans la pédagogie Freinet.
-
Paul restera dans nos mémoires et nos coeurs mais je tiens à associer Jeannette qui elle aussi enrichit l'oeuvre commune et sans laquelle Paul n'aurait peut-être jamais été l'ami, le compagnon, l'éclaireur que nous honorons aujourd'hui et garderons parmi nos pères, nos pairs, nos repères.
-
Bernard Monthubert, Châtellerault le 21 Janvier 2009

21 janvier 2009
Je ne l´ai vu qu´une fois, lors du Congrès de l´ICEM a Sophia-Antipolis em 2005, mais j´étais déjà sa lectrice admirative. Ce fut pour moi um moment d´intimidation tout de suite rompu par sa gentillesse. Il savait nous donner courage, rendre simple et accessibles nos projets. Sa présence continuera certainement avec force.
J´ai beaucoup aimé le texte de Nicholas Go "Méthode naturelle de deuil". Un deuil est en vue dans ma vie (mais peut-être serais-je la première à partir!). J´envie ceux qui ont été près de ce sage au moment du départ.
Anne-Marie Milon Oliveira
Rio de Janeiro

20 janvier 2009
Je n'ai pas connu Elise et Célestin Freinet, mais j'aurai connu Paul Le Bohec dès mon engagement dans leur pédagogie alors que je débutais dans le métier : quelle chance j'ai eue de tenter de suivre modestement leurs pas comme ceux de Jeanne et Henri Vrillon que je côtoyais dans mon département d'exercice. En pensant à Paul, des images de congrès défilent dans ma tête, particulièrement la Ridef de Turin où les ateliers que nous animions se côtoyaient. Je le revois faisant son footing du matin. A l'image de sa volonté, de son énergie vitale, de sa vélocité et de sa souplesse intellectuelles. Pour moi, Paul tu resteras un grand bonhomme. Du coup je regrette d'avoir laisser en France ton livre et d'être obligé d'attendre impatiemment les prochaines grandes vacances pour le relire. 
Patrick Laurenceau, du Lycée français d'Alexandrie

19 janvier 2009
Je viens avec retard d'apprendre le départ de Tonton Bohec.
J'ai eu cette énorme chance, comme Patrice mon frère, Rémy Bernable, Jacques le Guern, Michel Rispail, Eric Le Bouffant, Yannet Gaël Bouffant, Fanfan Le Gall, le petit Pierre Coadout et tous ceux que j'oublie, d'être l'élève de celui que nous surnommions avec affection "Tonton Bohec". Nous formions tous une classe de CP et CE1 dont il l'était l'instituteur, l'animateur. J'ai le souvenir de cette complicité, de cette joie à composer ensemble, lui au pipeau mettait en musique nos mots, son magnétophone à portée de main il enregistrait ce bonheur d'apprendre ensemble à écrire, lire, compter, chanter, sans différence avec générosité.
Nous n'étions jamais pressés d'aller en récré, tant étaient riches toutes ces activités. Ces deux années passées avec lui, sont dans mon enfance mon meilleur souvenir d'écolier et Tonoton Bohec est de ceux que je n'oublierai jamais.
Trégastel, l'université de Golgon, la rue des écoles, que de souvenirs heureux!
Transmettez à Rosine, ma tristesse de le savoir parti, dites lui qu'elle a bien raison d'être fière de lui car il nous a transmis bien plus que des savoirs.
Avec sa gentillesse, sa générosité, sa disponibilité, il nous a montré comment aborder le chemin de la vie.
Philippe Le Meur né le 22/05/1957 à Trégastel

19 janvier 2009
Bonjour Hervé.
Jimke Nicolai, le coordinateur du mouvement Freinet néerlandais, m'a demandé de traduire le texte ci-dessous et ensuite de t'envoyer.
Amicalement,
Rouke
-
Adieu Paul Le Bohec,
Lundi dernier, Freek Velthausz, un collègue et membre de mouvement Plan d'Iéna, est venu chez moi afin de parler de Cela compte, un livre à l'état naissant au sujet de calcul vivant. Il m'a aussi rapporté le livre emprunté Le texte libre mathématique de Paul Le Bohec. Les exemples de Le Bohec nous inspirent pendant l'écrire de notre livre. Ce qui était curieux ╔. au même moment, nous avons reçu par téléphone et le mail, les messages de décès de ce ouvrier Freinet de la première heure. Ses idées resteront en vie. Dans notre livre, nous ferons usage avec reconnaissance de ses exemples.
Au nom de mouvement Freinet néerlandais,
Jimke Nicolai (coordinateur)

18 janvier 2009
J'imagine bien comment ça peut être dur et je pense que ton émotion sera partagée par beaucoup.
Je ne pourrai être avec vous mais tu peux transmettre à tous les présents que si j'ai filmé ces jours là, c'est que cette rencontre avec Paul (comme avec d'autres "anciens" qui nous font l'honneur de continuer à nous accompagner) m'a impressionnée et je trouvais important de garder une trace de cette énergie (elle transparaît dans ses écrits, mais en paroles c'est si fort...). J'espérais avoir des occasions moins tristes de partager ces images.
Coopéractivement
Martine Roussel

18 janvier 2009
Bonjour Hervé, bonjour Pierrick,
Je ne pourrai être parmi vous mercredi.
J'ai essayé d'écrire quelque chose. Pas facile...
-
Chacun de nous a au fond de son coeur "son" Paul.
Il est magique cet homme là, il multiplie les Paul
pour que personne ne reste sur sa faim :o)!
On se retrouvait souvent sur les chemins de l'enfance:
la sienne, la mienne et celle qui nous importait le plus:
la leur à tous ces gamins qu'on sentait
en mal d'une main qui leur donne confiance en la vie.
Alors c'est son petit garçon que je suis allée chercher
en renfort pour saluer Paul Le Beau Mec.
Je vous envoie donc mon texte libre libre,
lisez-le si vous le souhaitez ou, comme je l'avais écrit à Pierrick
dans un précédent message, laissez-le traîner dans la gerbe.
A bientôt, je vous embrasse.
Pascale Borsi

18 janvier 2009
Ce que je retiens de Paul c'est sa joie et cette phrase qu'il m'avait dite à Grenoble, au cours d'une séance de créations mathématiques : "Tu t'es trompé ? Tant mieux !" Derrière cette phrase, c'est plus qu'une pédagogie, c'est une philosophie de la vie. Mais au sein de la classe, je ressors cette phrase régulièrement pour dédramatiser l'erreur, pour montrer que l'erreur d'un permettra à tous d'avancer.
Michel Duckit (38)

17 janvier 2009
Il est venu à l'école des bruyères dans les années quatre-vingt.
Il a tout de suite aimé notre école, tout ce que nous étions avec les enfants.
Il nous aimait, nous l'aimions!
Nos pensées vont vers lui, vers Rosine, vous tous...
Une "ancienne" des Bruyères,
Lucie Pardon

17 janvier 2009
Merci Hervé pour ce magistral cadeau!
le 8 janvier j'avais écrit à Paul :" l'imprégnation" vécue à travers (et pour) l'apprentissage de la langue de mon fils sourd....quel bel écho que cette vidéo!
(si elle existe en version longue...ou lorsqu'elle sera gravée sur un CD: fais-moi signe!
Martine Lagarde

16 janvier 2009
La nostalgie camarade c'est surement une des choses qui nos distingue des autres animaux, mais de plus en plus de nos semblables et frères qui vivent sans avoir une idée, mais plein d'ambitions. Je suis parti du Portugal en 70, en 68 j'avais aussi fait du stop pour aller dans ton pays voir mai en aout╔ j'ai vu l'uni de Toulouse et j'ai failli y rester. Je suis rentré, je me suis fait convoquer à l'armée dans un bataillon disciplinaire composé que d'étudiants universitaires. Heureusement en Septembre Salazar a eu son sacré AVC et Caetano, qui était à l'époque mon prof á la fac de droit de Lisbonne, a fait un geste en prenant son poste d'arrêter cette punition exemplaire. J'ai été malgré tout viré de l'uni de Lisbonne.  Repris mes études á Coimbra ou par grande chance une grève générale aux examens a fini pour tout casser, l'année d'après entre nous, nos familles et vies. Je suis parti pour aller en Hollande, mais en cours de route, puisque j'allais en stop, je suis parti pour Lausanne. Presque 10 ans d'exil en Suisse. Recommencer des études, prendre l'option pour les handicapés, prise de contact dès le départ avec le magazine « Chantiers de l'e.s. » et puis tout a basculé. En 74 je n'ai pas eu le droit de rentre dans mon pays, seulement á la fin de l'année j'ai eu une amnistie pour 45 jours de visite. Je suis retourné vivre en Suisse finir mes études à Fribourg, et une fois de plus une grève á l'uni m'a mis á la porte quand j'avais tout pour réussir dans la vie, j'étais assistant auxiliaire á fac des lettres╔ Retourné dans mon pays á la fin 77 tout n'était que décombres et cendres. Pour moi 74 c'est une collection de films et d'images que je regarde comme une chose étrange. Les armées, les armements, tout ce fourbi n'a pas été fait pour être à cote du peuple. Je n'ai rien vu. D'ailleurs si la démocratie était une bonne chose pour les pauvres, et les exploités, elle serait interdite demain. Le folklore européen me fait des nausées, je ne sais pas comment on a réussi á mettre Barroso, Sarko ou ce putain d'italien facho comme responsables du sort de millions ╔ quel malheur !!!
La planète elle va ans le bon sens, l'humanité elle n'a pas de quoi être fière╔ regarde Gaza, combien de fois on a vu cette hypocrisie╔ comblée d'un prix Nobel de la paix aux deux camps. ╔ quel horreur !!!
Il faut nous protéger et se mettre ensemble. Les temps seront méchants pour les gens avec une idéologie qui nous fasse vivre et sentir tout, si différemment.
Amitiés
Luis  Goucha, Portugal

16 janvier 2009
Bonjour
Il se trouve que je fais du tri suite à déménagement et j'ai retrouvé qqs documents de Paul. En particulier son importante  participation,au cours des rencontres "centenaire de freinet" à Rennes en 96. Je ne sais pas si les "actes" que nous avions sortis après  ont été archivées par l'ICEM. J'ai une disquette avec tous les fichiers de ce document. Dans l'immédiat je pensais surtout à les proposer pour l'archivage sur le site de Paul de ses interventions et aussi voir, Pierrick, si tu veux les extraits concernant Paul pour mercredi. Ci-dessous le début de son intervention à la pleinière d'ouverture. Il y a aussi l'atelier avec J. Mérillon sur "parcours d'enfants et de parents" et son intervention à la pleinière de cloture.
J'en profite pour vous demander, maintenant que j'ai resorti cette disquette, et dans l'hypothèse où ce document n'aurait pas encore été archivé   qui s'occupe de cela à l'ICEM.....bien qu'avec l'arrêt programmé de toil'ICEM C'est peut-être un peu tard........
 
A noter que j'ai gardé le texte manuscrit de Paul pour le CR de son intervention.
 
Autre document que j'ai retrouvé, plus anecdotique, mais qui peut avoir du sens pour une rencontre qui a lieu à "carrefour 18" : le courrier qu'il avait envoyé à une de mes classes racontant sa jeunesse dans le quartier. Nous l'avions interrogé suite à la sortie de son livre que j'avais montré aux enfants et nous avions fait une visite d'après ses indications pour voir l'évolution des rues correspondantes.....
 
Plus ancien ........un compte rendu très détaillé de  visites de jeunes normaliens étalées sur toute l'année scolaire  (75/76 je pense) dans la classe de Jeannette.
J'ai aussi qqs cartons de créations math et docs du secteur math à différentes époques...(dont le CR du stage de Mur en 92 qui avait retissé les liens et redémarré un secteur math plus unifié).... je ne me résigne pas à balancer ça.........donc si vous en voyez l'utilité quelconque...j'ai un peu plus de temps maintenant pour aller fouiller dans les cartons sauvegardés d'un tri impitoyable!
 
A tout hazard je peux sans doute aussi retrouver qq pages de Paul parues dans l'echo-producteur entre 88 et 98 probablement....il avait fait une série d'interventions pour nous pousser à écrire.......
 
Je ne viendrai pas mercredi....C'est trop court pour m'organiser mais je penserai bien à vous.
Bien amicalement
Pascale Bourgeois
................................................................;
 
Etre d'abord citoyen de soi-même
Paul LE BOHEC
compagnon de Célestin Freinet
 
Paul Le Bohec rappelle quelques étapes marquantes de sa vie depuis le temps où il gardait les vaches à l'endroit même où nous nous trouvons, jusqu'à son travail auprès des étudiants de L'I.U.T. carrières sociales sans oublier la rencontre avec Freinet en 1948 et sa petite école de Trégastel. Puis, micro en main pour être plus libre de parler aussi avec son corps, regrettant de ne pouvoir supprimer l'estrade, il rentre dans le vif du sujet :
 
Paul Le Bohec. - Il s'agit de parler de la citoyenneté et dans le programme c'est : "Citoyen dans l'école, citoyen dans le quartier, citoyen dans la ville", mais avant d'être citoyen à l'école, l'enfant devrait d'abord être citoyen de la classe, et avant d'être citoyen de la classe : citoyen de lui-même.

16 janvier 2009
Fais chier ! Merde ! Et merde ! Et merde !
J'ai eu beau construire une forteresse, des murailles, des remparts tout autour de moi, clamer haut et fort que ça ne me faisait rien ou presque, que j'étais trop loin maintenant... et voilà que petit à petit ça me grignote, ca m'envahit, ça me bouleverse et me submerge en pleine nuit. Pourtant on s'est vu si peu...
Alors hier, j'ai effacé son adresse mail.
Je n'ai pas encore réussi à effacer les mails du copain de mon fils d'Ewen (emporté à 10 ans par une leucémie) ni ceux de ses parents. Mais il faut que je le fasse.
Et hier soir, m'est revenu que j'avais dans mon portable son adresse et son téléphone. Alors j'ai lu :" LE BOHEC (Paul) rue des Camélias..." et ça m'a annéanti.
J'ai pris ma décision, je vais écrire cet article en breton qui me trotte dans la tête depuis mardi. Je vais le faire. Ca lui aurait plu. Je n'ai rien à dire de plus que vous. Moins peut-être même. Simplement répéter mon émotion, le lien, le rapport, l'envie, le désir, la vie.
A galon.
Emmanuel Kerdrel

Mercredi 14 janvier 2009
Paul Le Bohec
De 1947 à 1970, Paul Le Bohec a vu défiler des générations de petits Trégastellois aux écoles de Trégastel. En 1953, j'ai eu la très grande chance d'en faire partie et d'être accueilli dans sa classe avec ceux de mon âge au cours préparatoire. Je ne dirais pas que je me suis assis sur les bancs de son école, car cette image poussiéreuse ne collerait pas avec la pédagogie de Paul. Ses méthodes étaient, comme je l'entendais dire pas plus tard qu'hier par une Trégastelloise dont les enfants avaient fréquenté sa classe, «modernes et colorées». À la vérité nous étions plus souvent debout qu'assis, à travailler dans nos ateliers d'imprimerie, de dessin, de céramique, de poterie, solfège, musique ou de créativité en tous genres. La classe de Paul était plutôt comme une ruche dans laquelle nous, les enfants, échangions de façon enthousiaste et ouverte avec notre maître, mais aussi entre nous. Paul avait ce souci permanent de solliciter tous les aspects de l'expression-création et de rechercher ce qu'il y avait de meilleur en chaque enfant. Avec lui, pas de bonnet d'âne: nous étions tous bons en quelque chose. Il était aussi celui qui nous faisait sortir de la classe, pour des séances de sport et des études de terrain sur les grèves ou dans la nature. Nous avions tous beaucoup d'admiration et d'affection pour ce grand bonhomme, footballeur de surcroît, d'une gentillesse à toute épreuve.
 
Paul ne nous préparait pas simplement à un avenir professionnel car sa mission et sa pédagogie étaient beaucoup plus vastes: il nous préparait à notre vie d'hommes et de femmes (puisque par la suite les classes sont devenues mixtes) et au-delà de l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et de l'arithmétique qui se faisaient de façon tout à fait naturelle, nous avions aussi intégré pour la vie l'importance de la musique, de la création littéraire ou artistique. Nous savions que chaque enfant, chaque futur adulte, avait son domaine de prédilection et que chacun pouvait trouver sa place dans un monde en pleine évolution. C'est d'ailleurs ce que me disait tout récemment un ancien élève de Paul lui aussi, un peu plus âgé que moi, qui se reconnaîtra peut-être dans ces propos: nous, petits Trégastellois de l'époque, nous nous en sommes bien sortis, et si chacun a su se réaliser dans sa voie, il le doit en grande partie à Paul Le Bohec qui nous avait armés de confiance pour la vie. Sur un plan plus personnel, j'ajouterais que rétrospectivement, ce qui m'avait impressionné chez Paul dans les trop rares occasions où nous nous sommes rencontrés par la suite, c'est cette façon qu'il avait d'associer les notions de travail et plaisir; si j'en ai fait à mon tour comme une règle de base dans ma vie professionnelle puis dans mes responsabilités d'élu, c'est en grande partie à lui que je le dois.
 
Je rappellerai pour conclure l'un des tout derniers passages de Paul Le Bohec à Trégastel: lorsqu'il y a bientôt un an de cela, je l'avais invité à revenir à l'école de Trégastel pour la signature de son livre au titre révélateur: «L'école, réparatrice de destins?», il avait accepté avec enthousiasme. Ce jour-là, ses anciens élèves sont venus en grand nombre, certains de très loin pour des retrouvailles chaleureuses. J'ai pu remarquer que Paul nous reconnaissait tous, qu'il se rappelait sur chacun d'entre nous un détail caractéristique et qu'il avait conservé son extrême gentillesse. Sans nostalgie, mais avec un plaisir partagé, nous avons donc échangé sur ces années d'école où nous faisions ensemble l'apprentissage de la vie. Je ne sais plus si j'avais pensé à le remercier ce jour-là: quoi qu'il en soit, je le fais ou le refais aujourd'hui du fond du c¤ur, en mon nom personnel et aussi au nom de tous ces petits Trégastellois devenus grands: merci Paul!
Loïc Le Guillouzer

14 janvier 2009
Méthode naturelle de deuil
Pour Rosine, Perig, Hervé, Tanguy et Francine.
Ta dernière leçon de Méthode naturelle a été la suivante : C'est en mourant qu'on apprend à mourir. Tu as l'habitude de dire que la première caractéristique, c'est « pratique personnelle indispensable ». Alors là, mon Paul, permets-nous d'attendre un peu. On se contentera, pour le coup, d'une leçon magistrale. Comme dit Woody Allen : « Ce n'est pas que j'aie peur de la mort, mais je préfèrerais être ailleurs quand cela se produira ».
Magistrale, ta leçon, elle l'a été. On dirait que tu ne t'es vraiment intéressé à la mort que pour la tienne. Et encore, tu as attendu le bon moment, le dernier, celui qu'on appelle le « moment venu ». Car on ne parle pas de ce qu'on ne connaît pas. Même dans ta façon de mourir, tu nous as appris quelque chose : le rire est thérapeutique jusqu'au bout. Tu as été, pour ceux d'entre nous qui ont accompagné tes derniers jours, le plus agréable des moribonds. Ceux qui, chancelants, s'efforçaient de te soutenir, tu les consolais en riant. Ceux qui, pour une dernière visite, sont venus pleins d'appréhension à ton chevet, ceux-là sont repartis l'esprit joyeux et curieusement remplis d'énergie. Car tu as travaillé et enseigné jusqu'à ton dernier souffle. La formule est de toi : quand c'est raté, c'est réussi.
En matière de pédagogie, le disciple a dépassé son maître : tu as porté la méthode naturelle de Freinet à incandescence, tu es allé si loin qu'il nous faudra collectivement encore longtemps pour comprendre. Tu as oeuvré à l'accomplissement d'une « pédagogie de l'être humain », tu as donné une forme vivante inédite à la complexité, qui trace le chemin pour les décennies à venir. C'est une oeuvre coopérative que nous poursuivrons.
Tu nous as souhaité en partant une bonne vie, nous te souhaitons en retour une bonne mort. Sache que, comme tu l'espérais, tu es mort « encore beau ». Et puisque tu aimes les jeux de langage, en voici un dernier, parodiant une célèbre phrase de Pascal : « nous sommes des nains montés sur des épaules de géants », ça devient « nous sommes des nains montés sur Paul le géant ».
Nicolas Go, le 14 janvier 2009, au nom de l'Institut Coopératif de l'École Moderne - ICEM Pédagogie Freinet et de la Fédération Internationale des Mouvements de l'École Moderne

14 janvier 2009
À Paul,
Parmi ceux qui les ont connus, ceux qui les ont approchés, rares sont ceux qui, comme toi, auront été de véritables amis aussi proches des Freinet
Je viens ici, Paul, au nom de l'association des « Amis de Freinet » dont tu étais depuis tant d'années, le Vice-Président, non pas te dire adieu, car nous espérons bien encore longtemps te faire vivre par tes ¤uvres, mais simplement te renouveler notre affection. Au-delà de cette séparation inéluctable, nous allons continuer à cheminer avec toi sur les voies d'avenir que tu nous as si bien ouvertes. Nous t'aurons à nos côtés pour nous soutenir à poursuivre tes efforts passés, nous t'aurons non seulement par tes écrits, mais encore par ta voix qui est encore dans nos oreilles et ton visage dans nos yeux, aussi par ton humour qui ne t'a jamais quitté.
Ce n'est pas seulement le responsable d'une association qui est ici aujourd'hui, c'est avant tout l'ami. Je ne peux pas oublier non plus le souvenir de Jeannette. Nous avons Jeannette et toi, Renée et moi, souvent partagé aussi nos sentiments et nos problèmes les plus intimes, ce qui concernait nos vies et celles de nos proches. Entre nous, intimité et travail allaient de pair.
Nous n'aurons plus ces conversations familières et personnelles qui nous réunissaient, il y a encore peu de temps, le plus souvent deux fois par semaine, ces conversations où nous avions toujours quelques points de vue à discuter, quelques projets de recherches à mettre en chantier. Tout cela était à tes yeux indispensable pour faire avancer la pédagogie Freinet. L'enthousiasme ne t'a jamais fait défaut, à chacune de nos conversations il n'était question que de mettre en place quelque chose de nouveau dont nous ne manquions pas de discuter.
Tu ne savais regarder le passé que pour faire des projets d'avenir.
Je transmets ici à tes enfants et petits-enfants, à toute ta famille et à tous ceux qui sont aujourd'hui dans la peine l'expression des messages de sympathie et de soutien que nous avons reçus par téléphone de tes nombreux amis.
À bientôt Paul, car c'est avec toi, par ce que nous as laissé, que nous allons nous mettre au travail pour continuer ton ¤uvre.
Guy Goupil, président des Amis de Freinet

13 janvier 2009
Je fais echo à ce message de Christian car il exprime pleinement tout ce que je ressents.
Ma première rencontre avec Paul eu lieu en même temps que mon premier contact avec le groupe départemental 35 en 74, lors d'un stage "créativité adulte" à Montauban de Bretagne. Ecriture, danse, peinture..... Quel bouleversement ! Toute une autre façon d'être à réapprendre ! C'est à cette école de vie tout autant que de pédagogie que je me suis construite au sein de l'ICEM et tout particulièrement avec Paul tout au long de mes années passées à l'éducation nationale, une école ou la découverte de soi-même, la culture de notre propre créativité devient élément essentiel d'une pratique pédagogique en pertuelle évolution.
Que de moments forts au cours des stages, des congrès, dans le GD : Groupe d'écriture, cobiographie, et même avant d'aller au Brésil un apprentissage du portuguais en méthode naturelle !
Mais pour moi ce parcours fut tout spécialement marqué par les apports de Paul sur les mathématiques naturelles et je ne compte plus les ateliers de créations math auxquelles j'ai pu participer...........avec à chaque fois des éléments de reflexion nouveaux qui venaient appuyer la justesse de cette démarche et nous inciter à la mettre en oeuvre. Je ne suis pas allé aussi loin que certains dans cette direction mais tous les ans il y eu au moins une période de création math avec à la clé qqs moments de classe exeptionnel.
Quel bonheur de visiter le site de Paul . La flamme est donc bien entretenue et il nous reste à passer le flambeau aux plus jeunes qui débutent dans un contexte si difficile !
Mes pensées les plus affectueuses à Rosine et à ceux qui ont entouré ses derniers jours.
Mon coeur sera en Bretagne demain après-midi et je vais voir ce que je peux faire pour faire le déplacement s'il se confirme quelque chose pour le 24 janvier.
Bien amicalement à tous
Pascale Bourgeois

12 janvier 2009
A tous,
Paul est parti sans souffrir cette nuit à minuit 20.
Jusqu'au bout nous lui avons lu tous vos messages.
Vous avez rendu sa fin plus heureuse.
Je vous en remercie.
Je suis fière de lui mais j'admire aussi vos engagements et votre générosité.
Ne vous oubliez pas, comme lui prenez le temps d'être heureux.
Il vous dit :"Bonne vie, les copains!"
Je vous embrasse.
Rosine Le Bohec

12 janvier 2009
Paul est parti?
Où ça?
Paul est partout oui!
-
Je l'ai vu sourire
dans la face ronde de la pleine lune
au-dessus de chez moi,
je l'ai entendu rire
dans la gorge des enfants
cet après-midi et, dans leurs yeux
les paillettes malicieuses
de la tendre moquerie,
ne me dites pas
qu'elles n'étaient pas un peu à lui...
-
Merci Hervé, pour le fabuleux travail
que tu as fait sur son site, bien plus que de l'archivage.
Quand on y entre, c'est comme si on se calait
dans un des fauteuils de la Mézière
ou dans un coin de la cuisine, en un instant
on y est AVEC Paul et on sait déjà que le boulot
ne fait que commencer!
-
Je vous embrasse et vous remercie tous d'être là.
A bientôt
Pascale

10 janvier 2009
Bonsoir,
Je me permets de vous faire ce message. J'ai eu connaissance de votre message concernant Paul Le Bohec par l'intermédiaire de Christian Derrien avec qui je travaille à l'université Rennes 2. En effet, je suis maître de conférences dans le département des sciences de l'éducation à Rennes 2 depuis septembre 2008. (j'étais avant à Montpellier, depuis 1973). J'en ai profité pour renouer avec Paul que j'avais connu à l'IUT Carrières Sociales de Rennes où j'étais étudiante entre 1969 et 1972. Nous avons toujours gardé un contact amical, même si nous ne nous ne nous sommes pas vus ces dernières années. Dès septembre, je lui ai proposé d'intervenir dans des groupes de TD en licence sur les difficultés d'apprentissage. Il a été heureux de le faire, une fois fin septembre et une fois fin novembre. Il semblait aussi très content de  notre collaboration, et moi aussi d'ailleurs. La dernière fois, il était très fatigué, et je ne suis pas complètement étonnée de lire le contenu de votre message. Je suis à la fois triste de comprendre que Paul va nous quitter et contente d'avoir pu vivre ces moments avec lui, de l'avoir vu toujours aussi enthousiaste et vivant avec son envie de transmettre et de partager les acquis de son expérience... Les étudiants ne sont pas sortis indemmes de cette rencontre. La dernière fois, je l'ai senti très affecté de réaliser qu'il ne pourrait plus faire de conférence, trop de fatigue.
Je me permets d'envoyer aussi ce message à Philippe Bertrand, c'est Christian Derrien qui m'a dit que vous étiez proches. Pourriez-vous me dire plus précisément s'il est envisageable de le voir. Est-il chez lui? Je vous remercie par avance de bien vouloir me dire...
Bien cordialement
Françoise Bréant


Bonjour Hervé
Avec l'aide du GD93 nous avons édité 12 numéros du bulletin « Naturellement math ».
Paul y a largement contribué en commentant nos articles et également en écrivant des articles.
Je pense en particulier à « Pur délire » et à « Entendre sous cet angle », dans les n°7 et 8 de ce bulletin.
On peut télécharger les bulletins à partir du site.
Accueil ? Espace coopératif ? Secteurs ? Mathématiques ? Naturellement Math
J'ai toutes les lettres manuscrites de Paul qui concernent les échanges que nous avons eus durant 2 ans :
il m'a accompagnée dans mes démarrages en méthode naturelle de math.
J'ai décidé de numériser tous ces échanges pour les communiquer.
Je commence aujourd'hui.
Amicalement
Monique Quertier
 
Bonjour Hervé,
Transmets à ses enfants mes sentiments affectueux à Paul que j'ai connu dès les années 50 et, bien sûr, côtoyé de plus près après la mort de Freinet.
Bien amicalement.
Michel Barré
 
Bonjour Hervé
Peux-tu transmettre toute mon amitié à Paul auquel je pense souvent, quand je rends visite à mon père et mon beau-père qui ont peu ou prou le même âge et qui s'accrochent aussi autant que se peut à la vie.
Son oeuvre restera et sera sûrement redécouverte quand on recommencera à s'intéresser aux pédagogues
Bonne fin d'année
Luc Bruliard
-
rebonjour Hervé
Je dois avoir quelques part le contenu d'une communication de Paul à la Biennale de l'éducation et de la formation 1996. je l'avais convaincu de venir pour parler de la méthode naturelle de mathématiques. est-ce que c'est à mettre sur le site de Paul?
Amicalement
Bonne fin d'année et tous mes voeux pour 2009.
Luc Bruliard

4 janvier 2009
Bonjour.
Je découvre les tristes nouvelles que tu as fait passer sur la liste Freinet à porpos de Paul, ce grand bonhomme que j'ai eu la chance de rencontrer à deux stages.
J'espère qu'il est pris en charge par un service aussi respectueux de la personne humaine qu'il sait l'être.
Si ça peut "servir", je t'informe que j'avais filmé (caméra fixe) 1heure de formation "créations mathématiques" au stage organisé par le GLEM et le GD 01 de 2006 à Belley, ainsi que son discours (quelques minutes)lors du bilan du stage... dans son style innimitable. Je les avais regroupés sur un DVD pour mes "archives".
Je le tiens à ta disposition.
Martine Roussel

le 30 décembre 2008
Réponse de Paul au texte de Philippe.
Ce qui me rend heureux, c'est que tu aies pu écrire ton texte à quelqu'un.
Tu le portais depuis si longtemps en toi, j'ai pleuré que ça ait pu être possible.
Paul Le Bohec
27 décembre 2008
Bonjour Hervé,
Merci beaucoup pour ce message de partage.
Francine m'avait appelée hier matin pour m'annoncer l'hospitalisation de Paul.
Oui, c'est quelqu'un d'exceptionnel que nous avons eu la chance de croiser sur nos chemins respectifs et si je l'ai rencontré bien plus tard qu'un grand nombre d'entre vous, j'ai eu le très grand bonheur de partager avec lui quelques moments très forts et une correspondance riche et profonde.
Mon chagrin n'a d'égale que la certitude qu'il sera toujours "avec nous" autrement mais là et je suis heureuse de savoir que nous serons nombreux à faire vivre et à poursuivre tout ce qui l'interrogeait, le passionnait.
J'espère que la rencontre que nous envisagions avec Philippe Bertrand, Pierrick, Jean et plusieurs compagnons de Paul pourra nous permettre de mettre en chantier quelque chose de solide et tout ton énorme travail va être infiniment précieux à tous. Je sais combien tu as soutenu Paul dans le travail d'écriture du dernier ouvrage qu'il a publié et qui nous sert tant sur le terrain.Sois-en remercié.
Je suis allée sur le site hier et ai vu combien il s'était enrichi.
Je profite donc des vacances pour te faire parvenir ce qui peut encore y être ajouté ou conservé par toi et t'envoie dès lundi un chèque pour la brochure qui, bien sûr, m'intéresse ainsi qu'une adhésion à l'association.
Amicalement
Pascale Borsi

27 décembre 2009
Bonjour Pascale,
Paul a été hospitalisé hier (vendredi) en soins palliatifs.
Il en a marre et veut en finir.
Son attitude sereine, consciente, forte jusqu'au bout est extraordinaire et un exemple à méditer.
Quand je suis allé le voir, il avait fait l'effort de se raser et de s'installer dans son canapé pour qu'on ne le voit pas dans son lit.
Dans l'après-midi, il a alterné les endormissements et les dialogues très conscients. On a beaucoup plaisanté et rigolé. On a pleuré aussi.
Il a même tenu à s'asseoir quelques instants sur son canapé pour parler plus naturellement.
Il était content de voir le fascicule "le gaucher" que j'ai fait en urgence.
Je me dépêche aussi de mettre en place un début de compilation d'articles sur son site.
Il est encore conscient de ce que fait son environnement pour lui.
Ce qu'il a produit en 50 ans est énorme et d'une telle importance!
Il y a bien sûr du Freinet chez Paul, il y a aussi du Rousseau et surtout du Le Bohec.
Tu peux m'envoyer ce que tu as et je mettrais en ligne ou dans les archives.
Amicalement
Hervé Moullé

26 décembre 2008 11:41:05 HNEC
Paul, je viens de finir « Patrick le gaucher » que les Amis de Freinet m'ont envoyé (mille mercis).
Trois pages avant la fin, je ne sais pas pourquoi, le texte que je n'ai jamais eu la possibilité d'écrire, quand j'avais huit ans, m'a brûlé les doigts et je m'empresse de te le dédier. Car, c'est à toi que je dois d'offrir à chaque Patrick, à chaque Philippe de mes classes, la possibilité de l'écrire et d'être lu, entendu, reconnu.
Je sais que leurs textes ne parlent pas de lait, ni de haine du père, indifférent à leurs frayeurs inavouables.
Ils sont enfants.
Mais je ris avec eux de tous les vases renversés, de tous les monstres hideux à qui on coupe les bras, les têtes et autres appendices. Je tremble avec leurs héros perdus dans la forêt. Je suis plein d'empathie avec ceux qui décident de quitter la ville où personne ne les comprend.
Tout le reste n'est qu'occupationnel.
Philippe Bertrand
-
Le texte que je n'ai jamais eu la possibilité d'écrire
-
Au mois de décembre, il y a Noël, c'est vrai, mais il y surtout ces fichues journées qui raccourcissent. Et c'est moi qui dois aller chercher le lait, après la traite de sa vache, chez Mme Bégot, notre voisine. Et à cette heure-là, en décembre, la nuit est tombée.
Je suis donc obligé de partir dans le noir.
Bien sûr, j'allume les lumières du perron qui m'éclairent une partie du chemin. Mais je vais vers le noir. Il y a quoi ? Trente mètres en tout ? Mais j'estime ça aujourd'hui avec mes impressions adultes. Pour le petit Phil, il y a un océan à traverser en solitaire. Avec son Pot au Noir, sous le sureau buissonnant. Je dois me pencher un peu, malgré mon mètre 25, pour passer en dessous. Et il y fait noir. NOIR ! La lumière du perron n'y est plus d'aucun secours. Et on n'aperçoit pas encore la lumière de la salle de Mme Bégot, avec son énorme cheminée allumée où j'aime à attendre, debout, en regardant le feu, pendant qu'elle va me remplir mon pot. Voire un peu après, puisqu'elle a une télé allumée qui me fascine presqu'autant que ce feu géant.
En attendant, il faut franchir ce sureau. Quelques mètres d'éternité noire et sonore. Le fracas de mon c¤ur affolé m'oblige à imaginer les autres bruits. Terrifiants. Tous terrifiants, évidemment. Bien sûr, je peux presser le pas, mon pot est encore vide. Pour le retour, j'ai la promesse de la lumière du perron. Mais l'angoisse, déjà chevillée en moi. Ancrée à vie. Et si mon père éteint la lumière ? Mon père traque les portes laissées ouvertes et les lumières allumées, pour ne pas gaspiller. Il chauffe notre passoire de maison à une température insupportable mais il traque les lumières laissées allumées. Même pour combattre le NOIR qui me terrifie.
Oserai-je dire un jour à mon père que j'ai peur du noir et que j'ai peur de lui ?
J'ai essayé de lui dire que s'il éteignait, je risquais trébucher et renverser le lait. Et il a fait attention le soir même. Mais c'est tout. Le lendemain, halte au gaspillage. Je hais mon père et je ne lui dirai jamais que je vais mourir sous ce sureau, parce que j'ai peur.
Mme Bégot est gentille. Quand elle peut, elle remplit le pot bien au-dessus du trait et pose une assiette sur le dessus pour que je n'en renverse pas trop.
Mais je ne peux plus marcher. J'ai les yeux rivés sur cette soucoupe. Et je dois marcher comme pour tirer les équipes, à la récré, « chou╔ fleur╔ chou╔ fleur╔ chou╔ ».
Ce n'est plus un océan que j'affronte, c'est l'espace intersidéral. Peuplé, malgré tout, de ses 40èmes rugissants et de ces 50èmes hurlants, à l'approche du sureau.
Mon père a éteint.
Ce bruit-là, c'est quoi ?
Mon âme qui explose.

26 décembre 2008
Bonsoir Hervé,
j'ai trouvé ton message en consultant les archives.
Paul m'avait parlé de la brochure à paraître
sur "Patrick le gaucher" et m'a signalé sa sortie par
l'intermédiaire de Francine.
Il m'avait donné il y a trois ans un cahier qui me semble y correspondre
lorsque je lui avais parlé de mes 8 gauchers de GS.
Veux-tu que je te le numérise pour le mettre en ligne?
Il contient je crois des annotations de Freinet.
Pour le reste, je ne pense pas avoir de documents qui n'aient été publiés
mais, comme beaucoup d'entre nous, des échanges épistolaires dont certains pourraient
contenir des accompagnements de pratique peut-être intéressants à partager.
J'aurais aimé consulter Paul cependant avant de les communiquer.
Je crains qu'il n'en soit plus question aujourd'hui
car il est en effet très "fatigué".
Je vais essayer de trier et te laisserai décider de la suite.
Tu es le mieux placé pour le faire je pense.
Merci à toi de tenir cette veille et d'entretenir un site qui en aide plus d'un(e).
Amicalement
Pascale Borsi

26 décembre 2008
Bonjour,
Le site de Paul Le Bohec est mis à jour avec de nombreux liens vers
ses écrits.
http://www.amisdefreinet.org/lebohec
Paul est fatigué mais toujours attentif aux projets.
Sur ses conseils, je fais appel à vous pour la prochaine mise à jour.
Afin de réaliser une compilation des écrits de Paul, je souhaiterai que vous m'indiquiez
-les oublis, les manques du sommaire de son site
-les textes qui vous semblent les plus importants à mettre en avant
-vos commentaires, notes de lecture etc.
Amicalement
Hervé Moullé


16/11/2007
Objet : Rép : reprise
Réenvoyé-De : paul.lebohec@wanadoo.fr
De : pascale.borsi@orange.fr
Date : 16 novembre 2007 12:15:41 HNEC
Réenvoyé-À : moulle@ecolebizu.org
À : 3type@liste.marelle.org, paul.lebohec@wanadoo.fr
Pas de problème Paul, voici l'intégrale.....
 
L'enfant 1.
 
L'enfant va sur ses six ans. C'est pour lui le moment d'entrer dans
l'Entreprise Lecture qu'ont créée un enseignant et des parents. Il faut
qu'il y adhère. Il faut absolument qu'il en fasse aussi son affaire. Il en
va de leur réputation , de la sécurité des parents au sujet de son avenir..
Il ne peut s'y soustraire.
Alors, il est bien obligé d'accepter de reconnaître des détails, des
regroupements de détails... on appelle cela déchiffrer. Mais à quoi ça peut
servir de déchiffrer : "salade, tube, dureté, raton, literie; colère,
gâteau,
fève, voiture, poterie, butane"...?
Mais, c'est comme ça. C'est la seule façon d'apprendre. Il n'y en a pas
d'autre. L'école, c'est ennuyeux, on le sait. Mais c'est pour son bien. -
"Tu verras : plus tard, tu seras content d'en être passé par là."
 
Puisqu'il n'y a pas moyen de procéder autrement, il se plie à la règle.
Sans enthousiasme évidemment, mais il le fait. Les parents sont rassurés.
Leur enfant sera comme les autres. Ils ont su mettre la pression au moment
qu'il
fallait.
 
"Et la Mère fermant le livre du devoir
S'en allait satisfaite et très fière, sans voir,
Dans les yeux bleus et sous le front plein d'éminences
L'âme de son enfant livré aux répugnances
 
Tout le jour, il suait d'obéissance, très
Intelligent ; pourtant des tics noirs, quelques traits
Sembler prouver chez lui d'âcres hypocrisies.
Dans l'ombre du couloir, aux teintures moisies
 
Et si l'ayant surpris à des pitiés immondes
Sa mère s'effrayait ; les tendresses, profondes,
De l'enfant se jetaient sur cette étonnement.
C'était bon. Elle avait le bleu regard, -qui ment !
Arthur Rimbaud
(Les poètes de sept ans.)
 
N-B:
La Bretagne est championne de France pour les résultats au bac. Elle est
également première sur le plan des suicides des 15 à 24 ans, avec un taux de
surmortalité de 65%.
 
Paul Le Bohec
 
 
 
Dans une autre école, son cousin avait passé cet âge depuis un certain
temps.
Ses parents avaient été également obligés de se joindre à un enseignant pour
créer leur Entreprise Lecture . Cependant, eux trois, ils avaient bien eu
soin, d'associer l'enfant aux bénéfices de l'entreprise.
Et que pouvait-il espérer de mieux que d'exister, c'est-à-dire d'être
reconnu comme une personne ?
Comme tous les êtres humains, il éprouvait toujours le besoin d'exprimer ce
que la vie avait imprimé en lui, de répercuter ce qui l'avait percuté. Le
maître était prêt à l'accepter. Comme les enfants étaient nombreux, ils ne
pouvaient parler tous en même temps. Mais ils pouvaient écrire. Chaque jour,
le maître aidait chacun à mettre en forme ce qu'il avait commencé à penser.
Au début, ce n'était pas grand chose. Mais peu à peu, il a mieux su exprimer
ses réactions, non seulement au monde extérieur, mais à son monde intérieur.
Au commencement, c'était uniquement pour lui, parce qu'il avait besoin de le
dire. Et puis, il a écrit vers ses camarades.
Et, pour finir, avec ses camarades. Il était non seulement heureux que ses
textes leur soient communiqués, mais il s'intéressait aux leurs. Ils
portaient un regard différent sur le monde. C'était intéressant.
Et sans même s'en apercevoir, il a commencé à tracer son chemin, un chemin
qu'il nourrissait des expressions de ses "alter-égo" (autres soi-même) et de
ses "ego-alter" (soi-même autres.).
Et chemin faisant, agrandissant la vision de ses deux mondes, il a acquis la
capacité de les refléter dans des mots. Il a ainsi taillé sa route. Sa
personnalité qui s'inscrivait dans la ligne de son être physique, de son
environnement et de ses incidents et accidents d'enfance, s'est peu à peu
affirmée. Il a pu devenir ce qu'il était. Il
s'est construit une pensée personnelle, s'enrichissant de tout ce qui
pouvait s'intégrer à sa chaîne en cours de construction et qu'il puisait
dans son champ de cultures. Et il est devenu un événement actif de la
société
qui ne se contentait pas de déchiffrer mécaniquement la seule pensée des
autres, mais qui avait appris à échafauder la sienne propre. Il savait de
plus en plus écrilire Et disposait d'un élan et d'un moteur de développement
considérable en constant état de fonctionnement. . Tous les jours, il tirait
des récits de sa vie, de ses perceptions, de ses compréhensions, de ses
rêveries. Il n'avait pas été réduit à l'état de robot, il pensait aussi par
lui-même..
Mais son entreprise savait également diversifier ses activités, elle
fonctionnait aussi dans d'autres domaines. Et en maths, sciences, philo,
art, corporel...ça marchait aussi car un enfant associé aux bénéfices de
l'entreprise a toujours beaucoup plus d'élan, d'énergie, de soif de
connaissances.
Et pendant ce temps, que faisait son petit cousin de six ans?
"Tout le jour, il suait d'obéissance; très......"
Paul Le Bohec.
----- Original Message -----
From: "paul le bohec" <paul.lebohec@wanadoo.fr>
To: "Pascale BORSI" <pascale.borsi@orange.fr>
Sent: Friday, November 16, 2007 10:58 AM
Subject: reprise
Je viens d'envoyer sur la liste, à ta demande Le Cousin.
Mais, à la suite d'une fausse manoeuvre, j'ai perdu" L''enfant1" qui
devait nécessairement l'accompagner.
Peux-tu l'envoyer de ton côté ? Merci Paul

le dossier des messages sur le site da FIMEM